joomla template by Joomlashack

Mailing list






joomla template by Joomlashack
J+3 : au pas, au près... Version imprimable
06-08-2012

On prend le mêmes et on recommence en tête de flotte des bateaux de série engagés dans la première étape des Sables-Les Açores-Les Sables. Après trois jours de course, Aymeric Belloir et quelques uns de ses plus coriaces concurrents ouvrent toujours la route à vue les uns des autres dans un vent d'ouest, sud-ouest de 17-18 noeuds…. Après avoir mis cap à l'ouest dans des brises contraires qui ne favorisent une progression rapide, ce petit groupe des quartiers nord de l’orthodromie (route directe) a pu, en sortie de front la nuit dernière, enclencher un virement de bord pour mettre du sud dans sa trajectoire en direction du cap Finisterre...

Image

Le moins que le puisse dire, c'est que ces premiers de cordée ne se lâchent pas d'une semelle. Après trois jours de course, alors qu'il pointent à plus de 370 milles au large de l'embouchure de la Gironde, Aymeric Belloir et ses plus proches poursuivants naviguent comme s'ils régataient en baie… Ou comme s'ils disputaient la célèbre Solitaire du Figaro, cette incontournable classique de la course au large à bord de bateaux tous strictement identiques, sur laquelle l’imperturbable leader a forgé, le temps de trois participations, son solide tempérament de compétiteur.

Collés-serrés sur l’eau, promiscuité dans les classements

Ce mercredi après-midi, les deux Suisses Justine Mettraux (Team Work) et Simon Koster (Go4it),  tous deux vissés à la barre d'un Nacira, ainsi que l'Anglo-Saxon Ian Lipinski (Althing) engagé à bord d'un Pogo 2, progressent collés-serrés dans un mouchoir de 2 milles aux trousses de Tout le monde chante contre le cancer. Cette promiscuité dans les classements constitue la meilleure garantie pour affiner les réglages, soigner la trajectoire et optimiser la vitesse. Elle impose aussi un rythme des plus soutenus, dans des conditions qui, si elles n'ont rien de dantesques, ne s'en relèvent pas moins très sélectives.

Dans une brise contraire et sur les eaux mal pavées du golfe de Gascogne, le bateau tape et les organismes sont soumis à rude épreuve… Pas de plaisir de la glisse qui tienne, place plutôt à la rigueur d'une laborieuse progression à la gîte. Encore aux avant postes hier, à une jetée de mille dans le tableau arrière d'Aymeric, Renaud Mary (www.runo.fr), l'un des gros favoris sur les rangs, en a malheureusement fait le frais. Alors que  le vent commençait à forcir au passage d'un front corsant copieusement l'affaire en début de soirée hier, il a été victime d'un démâtage.

L’honneur est dans le près

D'après les dernières prévisions, le plus dur est désormais dans les sillages. Pour autant, à la vue des fichiers de vents, ce n’est pas encore demain la veille qu’Aymeric et ses acolytes solitaires des Sables-Les Açores-Les Sables vont pouvoir franchement lâcher les écouter pour goûter à l’ivresse de la vitesse à bord de leur petite fusée à voiles. En ce début de course, force est de constater, qu’à défaut de bonheur, c’est bien l’honneur qu’il faut sauver dans le près…

 

Classement Séries – 1ère étape Les Sables-Les Açores -  Mercredi 1er août, 16h
1 –Aymeric Belloir (Tout le monde chante contre le cancer), à 924 milles de l’arrivée
2 – Justine Mettraux (Team Work), à 0,4 mille du premier
3 – Ian Lipinski (Althing), à 1,3 mille du premier
4 – Simon Koster (GO4it), à 2,1 milles du premier
5 – Clément Bouyssou (Groupe Accueil Négoce), à 7,1 milles du premier…

 
< Précédent   Suivant >
joomla template by Joomlashack
joomla template by Joomlashack
© e-declic
free joomla templates joomla tutorials joomla themes